Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2016

Gourdon-Vinciguerra : « On veut agir avec vous »

La photo.jpg

 

 

 

 

 

 

 

La salle de la médiathèque de Mouans-Sartoux était comble vendredi 29 janvier pour les vœux de Marie-Louise Gourdon et Jean-Raymond Vinciguerra, Conseillers départementaux de Grasse 2 et de leurs remplaçants Brigitte Dekeiser, et Jean-Claude Girone

Nice matin  et l'article NM 2015-02-01 Voeux MLG JRV (2).jpg

 

30/01/2016

Pour une expérimentation "zéro déchets" sur l'Agglo du Pays de Grasse

NM 2015-01-27 PEDMA JRV (2).jpgLes objectifs pourtant limités du Plan départemental votés il y a 5 ans ne sont toujours pas atteints.

La loi prévoit pourtant le recyclage de 45 % des ordures ménagères résiduelles et de 75 % des emballages.

Jean-Raymond Vincigerra plaide pour une expérimentation "Zéro déchets" grandeur nature sur la Communauté d'Agglomération du Pays de Grasse

NM 2015-01-27 PEDMA JRV (2).jpg

22/01/2016

Tout ce qu'il faut savoir sur l'Union européenne en tant que citoyen de notre continent

guide citoyen eurpo.jpgLe Livret du citoyen européen

19/01/2016

Le Président de la République a présenté le Plan d'urgence contre le chômage

elysee"Entre le libéralisme sans conscience et l’immobilisme sans avenir, il y a une voie qui s’appelle «  la société du travail », du travail encouragé, du travail valorisé, du travail respecté. Le travail est notre valeur commune, et l’emploi notre responsabilité partagée".

Le Président a présenté le plan lors des voeux aux entreprises

Toute entreprise de moins de 250 salariés qui recrutera, notamment un jeune ou un demandeur d’emploi, qui recrutera un salarié, payé entre un et 1,3 fois le smic, en CDI ou en CDD de six mois et plus se verra verser une prime de deux mille euros par an.

Pourquoi deux mille euros par an ? Parce que cela représente le reliquat des cotisations patronales au niveau du SMIC une fois pris en compte l’ensemble des allégements de charges, notamment ces allégements prévus dans le Pacte de responsabilité.

Ce dispositif bénéficiera aux nouvelles embauches conclues en 2016 pour deux ans.

Pourquoi deux ans ? C’est le temps du basculement du CICE en baisse définitive de charges, et ce dispositif est effectif dès aujourd'hui.

La réforme du Code du travail sera engagée et portée par la ministre Myriam EL KHOMRI. Elle doit, dans le prolongement du rapport COMBREXELLE, adapter notre droit du travail aux réalités économiques des entreprises et ouvrir un temps nouveau pour la négociation. La Commission présidée par Robert BADINTER proposera la semaine prochaine les grands principes du droit du travail sur la base desquels la loi fixera ensuite les règles que l’on appelle l’ordre public social, c'est-à-dire le socle garanti des droits pour chaque salarié auquel il n’est pas possible de déroger. Le reste, c'est-à-dire l’application, sera renvoyé à la négociation collective sans attendre.

La loi, si elle est votée, permettra de réécrire les règles en matière de temps de travail selon le schéma que je viens de proposer. Elle confèrera à l’accord d’entreprise la responsabilité de fixer les modalités d’organisation du temps de travail, sans remettre en cause la durée légale, en permettant par exemple de fixer le taux de majoration et le nombre d’heures supplémentaires ou de moduler davantage le temps de travail au-delà même de l’année.

 

03/01/2016

JOURNAL INFO 06-budget 2016-sans provocation

Le budget du département 2016 sans provocation

Avec les évènements dramatiques de 2015 et le résultat des élections régionales, la Concorde voulue par le Président de la République est possible voire nécessaire.

Au département, le groupe socialiste et écologiste vote de nombreux rapports, il fait des propositions constructives, parce que le travail des services doit être reconnu et les missions doivent être remplies efficacement

Les prévisions de recettes 2016 sont extrêmement prudentes, voire sous-estimées, notamment sur le montant des droits de mutation, 1ère source de recettes du département (370 M€). En 2015 le produit a progressé de 7.8 %, plus que prévu. En 2016, il progresserait de 1.4 % alors que le marché de l’immobilier repart depuis le mois d’août ?.. Malgré ces moindres recettes le département dégagerait 170M€ d’épargne.

Alors pourquoi est-il prévu d’inscrire seulement 11 mois de versement d’allocation de RSA sous prétexte d’une compensation insuffisante de l'État qui ne date pas d’hier. Pourquoi faire de telles annonces à l’encontre de nos concitoyens déjà les plus en difficulté, alors que nous savons que la CAF paiera les 12 mois de RSA ?

Marie-Louise Gourdon, Jean-Raymond Vinciguerra

Groupe Socialiste et Ecologiste

Conseil départemental des Alpes Maritimes

http://groupe-socialiste-alpes-maritimes.blogspirit.com

 

01/01/2016

Nous vous souhaitons une très belle année 2016

 

Fraternelle et solidaire

Faite d'attention envers les plus démunis,

D'échanges, de partage, de respect

Pour construire, avec eux et pour eux,

un présent et un avenir

Emplis d'humanité et souriants

 

Una annada plena d'esper, d'amistat e d'amour

Marie-Louise GOURDON et Jean-Raymond VINCIGUERRA

Conseillers départementaux des Alpes-Maritimes

 

Notez déjà la date du

vendredi 29 janvier, 18h30

Médiathèque de Mouans-Sartoux

avec

Et nos remplaçants

Jean-Claude GIRONE et Brigitte DEKEYSER

Nous vous présenterons nos voeux, avec un bilan de cette année écoulée

Et nous partagerons la galette républicaine des rois et des reines

 

17:55 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

21/12/2015

BP 2016 du Conseil Départemental : le groupe vote "contre"

 photo.JPG

Pour terminer,

Nous réitérons notre souhait de voir inscrits dans votre prévision de budget les 12 mois du RSA et non 11 mois.

Ce rapport a été rédigé avant le résultat des élections régionales.

Peut-être pourriez-vous aujourd'hui présenter les choses différemment au vu de ce que nos concitoyens ont exprimé dans les urnes.

L'apaisement est nécessaire, loin des polémiques.

 Nous avons tous à œuvrer dans un sens constructif, au service de nos concitoyens.

Pour reprendre l'image de la Concorde, ce serait un bon signal.

 Mais vous comprendrez que nous ne pourrons pas voter favorablement ce budget

 

Intervention complète Marie-Louise Gourdon, Présidente du Groupe BP2016-intervMLG.pdf

30/11/2015

Journée d’ouverture de la Conférence des parties à la convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21)

cop21,françois hollande,climatLe Bourget – Lundi 30 novembre 2015
Monsieur le Secrétaire général des Nations unies, cher BAN Ki-moon,
Mesdames, Messieurs les chefs d’Etat et de gouvernement,
Madame la Secrétaire exécutive de notre conférence,
Mesdames, messieurs les ministres,


C’est un jour historique que nous vivons. La France accueille 150 chefs d’Etat et de gouvernement, des milliers de délégués venus de tous les continents. Jamais une conférence n’avait accueilli autant d’autorités venues d’autant de pays. Jamais, je dis bien jamais, l’enjeu d’une réunion internationale n’avait été aussi élevé, car il s’agit de l’avenir de la planète, de l’avenir de la vie.
Et pourtant il y a 2 semaines, ici même à Paris, c’est la mort que semait un groupe de fanatiques dans les rues. Je veux ici vous exprimer la reconnaissance du peuple français pour toutes les marques de soutien, tous les messages, tous les signes d’amitié que nous avons reçus depuis le 13 novembre.

Ces événements tragiques nous affligent, mais en même temps nous obligent. Ils nous forcent à nous concentrer sur l’essentiel. Votre présence soulève un immense espoir que nous n’avons pas le droit de décevoir, car ce sont des peuples et des milliards d’êtres humains qui ont le regard porté sur nous.

Je n’oppose pas la lutte contre le terrorisme à la lutte contre le réchauffement climatique. Ce sont deux grands défis mondiaux que nous devons relever, parce que nous devons laisser à nos enfants davantage qu’un monde libéré de la terreur. Nous leur devons une planète préservée des catastrophes, une planète viable.


L’année que nous venons de vivre a été l’année de tous les records : record de températures, record de concentration de CO2, record du nombre d’événements climatiques extrêmes : sècheresse, inondations, cyclones, fonte des glaces, hausse du niveau de la mer, acidification des océans. Les victimes de ces phénomènes se comptent par millions et les dommages matériels par milliards. Aucun pays, aucune région n’est à l’abri des effets du dérèglement climatique.

Comment accepter que ce soient les pays les plus pauvres, ceux qui émettent le moins de gaz à effet de serre, ceux qui sont les plus vulnérables qui soient encore davantage touchés.

C’est au nom de la justice climatique que je m’exprime aujourd’hui devant vous. C’est au nom de la justice climatique que nous devons agir. Prenons conscience de la gravité de la menace sur les équilibres du monde. Le réchauffement annonce des conflits comme la nuée porte l’orage, il provoque des migrations qui jettent sur les routes plus de réfugiés que n’en génèrent les guerres. Des Etats risquent de ne plus pouvoir satisfaire les besoins vitaux de leur population avec des risques de famine, d’exode rural ou d’affrontements pour accéder à ce bien de plus en plus rare qui s’appelle l’eau.
Oui, ce qui est en cause avec cette Conférence sur le Climat, c’est la paix.

Lire la suite