Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2017

Session départementale peu commune : Scènes de ménage au sein de la majorité, motion du groupe Socialiste et écologiste sur le logement social reprise et adoptée à l'unanimité par l'Assemblée

gourdon,segura,ciotti,vinciguerra,cd06,ginesy

La session a permis à Marie-Louise GOURDON au nom du groupe de proposer une motion sur le logement social qui a été reprise et adoptée à l'unanimité  par l'Assemblée départementale :  interv -HLM -réforme-AD 19-10-2017-MLG.pdf

Le coeur de la session portait sur les Orientations Budgétaires pour 2018 et la décision modificative du budget 2017. Intervention de Jean-Raymond VINCIGUERRA DOB-DM-interv JRV-19-10-2017.pdf

En fait, la séance a été houleuse tout au long de la journée, malgré la pause méridienne, suite de l'intervention, dès l'ouverture des débats, du nouveau Président Charles-Ange GINESY qui tout en regrettant la création d'un groupe de 17 élus à l'intérieur de sa majorité départementale a demandé, en séance publique, une clarification au Président du Groupe "Alpes-Maritimes Ensemble" Joseph SEGURA.

Ce dernier s’est plaint que les élus de son groupe soient exclus de la majorité départementale alors qu’ils souhaitent au contraire travailler aux côtés du nouveau président Charles Ange GINESY.

Sur ce thème les débats ont évolué dans des échanges où les déclarations de chaque protagoniste n'ont pas permis d'éclairer utilement l'Assemblée sur les motivations de chacun. Les échanges se sont très vite envenimés, particulièrement lors de l'éviction de leur poste des 3 Vice-Présidentes du nouveau groupe au profit d'élus du groupe de la majorité départementale présidé par Eric CIOTTI dont les interventions successives n’ont, pour le moins, pas contribué à apaiser le débat.

Pas moins de 4 motions ont été adoptées par l'Assemblée à l'unanimité, dont celle proposée par le groupe socialiste et écologiste sur les risques que fait peser l'article 52 de la Loi de Finances pour 2018 sur le logement social et repris par l'Assemblée.

46 rapports ont ensuite été examinés plus calmement par les élus réunis en commission permanente, hors public

 

 Motion art 52 adopté à l'unanimité unanimité (2).docx

 

 

17/07/2017

La compensation financière de l'Etat pour le transfert du fleuve Var au Département 06 enfin fixée

VAR.jpgLe transfert par l'Etat de la compétence et de la propriété du fleuve au département en 2013 s'accompagne d'une compensation financière. Elle vient d'être fixée par un arrêté du 11 juillet 2017 : 61 € !

Cette opération voulue par le Département restera décidement dans les mémoires à plus d'un titre.

Décret n° 2013-1206 du 23 décembre 2013 relatif aux modalités de transfert des parties de services de l'Etat qui participent à l'exercice des compétences d'aménagement, de gestion et d'entretien de la partie du domaine public fluvial du Var dont la propriété a été transférée au département des Alpes-Maritimes

28/06/2016

LE BIO ET LOCAL VA PROGRESSER DANS LES CANTINES DES COLLÈGES

eco 28juin2016.jpg

SOUTENEZ CES PROJETS EN TANT QUE CITOYENS ET PARENTS D'ÉLÈVES  !

Ce matin je suis intervenue au conseil départemental lors du colloque  Plan climat sur le thème : la restauration scolaire dans les collèges et l'agriculture locale, en présence des services départementaux, du directeur de la Chambre d'agriculture et de l'INRA. 

 

LE BIO ET LOCAL, UN ENJEU SANITAIRE ET ÉCONOMIQUE 

J'ai pu expliquer pourquoi le développement de l'agriculture bio et locale est un enjeu à la fois sanitaire et économique, en m'appuyant notamment sur l'exemple de Mouans-Sartoux qui a créé une ferme  communale bio et des cantines 100% bio, et en montrant que des collèges sont volontaires pour s'y mettre. 

 LA PLATE-FORME DE PRODUCTEURS 06 Â TABLE

La mise en place de la plate forme de producteurs locaux, 06 A TABLE peut accélérer les choses. Â l'initiative du Departement et de la chambre  d'agriculture, elle permettra aux collèges qui le souhaitent de s'approvisionner plus facilement en local, bio et conventionnel.

La question qui se pose est la production, la quantité et la régularité dans la production. 

 QUEL FONCIER AGRICOLE POUR PRODUIRE?

Et donc celle du foncier agricole. 

La balle est ainsi dans le camp des communes et autres collectivités pour créer du foncier agricole. Si l'on veut que des agriculteurs s'installent , il faut des terres agricoles aux loyers accessibles.

Chaque commune peut déterminer sur son territoire, dans le PLU, des zones agricoles pour le permettre. Ou créer , comme nous l'avons fait â Mouans-Sartoux, une régie agricole qui produit directement les légumes bio pour les cantines.

Le moyen  et le haut pays sont riches en terres fertiles et relativement propres, peu ou pas polluées par des pesticides, où des agriculteurs peuvent s'installer en bio ou en raisonné et approvisionner en produits frais et de saison les cantines locales. Il faut faire vite avant que l'urbanisation ne gagne trop de terrain.

Peu à peu le cercle peut devenir vertueux. Si les agriculteurs sont assurés de vendre toute leur production pour les cantines, ils pourront faire sans risques le pari sur l'avenir.

Il faudra un peu de temps mais l'essentiel est toujours de faire le premier pas.

 COMMENT S'Y PRENDRE POUR COMMENCER?

L'association nationale Un plus bio peut servir de conseil pour démarrer l'intégration de bio dans les menus. Comment faire? Comment travailler avec les appels d'offres? Comment commencer?

Nous allons expérimenter avec quelques collèges volontaires dès la rentrée. Ainsi le Collège La chênaie de Mouans-Sartoux  souhaite passer de 12% de bio à 25% à la rentrée prochaine.

Leur expérience pourra servir de base aux collèges qui voudront se lancer aussi.

Et il faut soutenir le développement de la Plate-forme "06 à table", qui peut devenir un excellent outil.

Voila un combat pour une meilleure santé par une meilleure alimentation qui mérite d'être partagé !

 SUIVRE AVEC VOUS

 

01/04/2016

Contre une fusion des Centres de Lutte Contre le Cancer de Nice et de Marseille

20150402-CG06-installationDSC05668.jpg

COMMUNIQUE

Suite aux réactions suscitées par le projet de fusion  porté par la fédération Unicancer, entre le centre de lutte contre le cancer (CLCC) Antoine-Lacassagne à Nice, et l'Institut Paoli-Calmette, le CLCC de Marseille (Bouches-du-Rhône), le Directeur général de l’ARS de la région Paca  réunira de nouveau, en avril, l’ensemble des acteurs concernés pour faire le point sur l’état d’avancement des travaux et des orientations.

 Les élus du groupe socialiste et écologiste du Conseil départemental souhaitent que ces négociations débouchent sur une réelle préservation d’une offre de soins de qualité en cancérologie répondant au besoin de proximité des populations. Le centre Antoine-Lacassagne ouvert et déjà très impliqué dans les partenariats avec les établissements du territoire ne sauraient se voir imposer une fusion rejetée par l’ensemble de son conseil d’administration.

Nous soutenons la position du centre Antoine-Lacassagne contre cette fusion. Nous saisissons Madame la Ministre de la santé pour lui affirmer notre position et lui demander d'intervenir dans ce sens auprès d'Unicancer.

Marie-Louise GOURDON Jean-Raymond VINCIGUERRA

Conseillers départementaux du canton Grasse-sud-Mouans-Sartoux

 

10/03/2016

RSA on oublie l'essentiel

CP25-02-2016.jpgNice Matin a bien voulu se faire l’écho d'une bataille sourde (pour l'instant) menée depuis quelque temps au Conseil départemental à propos du Revenu de Solidarité Active (RSA) NM13-03-2016RSA.pdf

Lors de la dernière réunion de la Commission Permanente, (réunion fermée au public),le 25 février dernier, le Président Ciotti a proposé au vote une délibération qui tend à rendre obligatoire l'inscription à Pôle Emploi de tout demandeur du RSA.

Cela peut paraître relever du ...bon sens puisque un allocataire du RSA est censé être en recherche d'emploi. Mais là où le bât blesse c'est que la règle de pôle Emploi c'est l'obligation d'accepter une offre "d'emploi raisonnable" ou d'être radié au bout de deux refus d'une offre de ce type. Si le bénéfice du RSA est soumis à l'inscription à Pôle Emploi, alors la radiation de Pôle Emploi entraînerait la suppression du RSA.

Or certaines personne ne PEUVENT PAS travailler (handicaps, accidents divers de la vie).

Cette nouvelle disposition fait partie de tout un arsenal d'autres destinées à faire décroître l'enveloppe financière du RSA à la charge du département tout en diffusant un message constant de stigmatisation des sans-emploi.
Notre rôle d'élu, c'est de rappeler que l'allocation RSA est une aide sociale qui répond à une situation difficile de l'allocataire et lui permet de survivre, que c'est une aide à la réinsertion de personnes qui souvent sont en rupture sociale ou tout simplement handicapées au point de ne plus pouvoir travailler, que cette allocation doit permettre un travail social de réinsertion qui mènera à la recherche d'emploi tous ceux qui, provisoirement, sont dans l'incapacité de travailler. 

 

 

 

08/10/2015

Session extraordinaire du Département consacrée à la solidarité après les intempéries du 3 octobre

inondations.jpgLes orages et les pluies diluviennes qui se sont abattus sur le littoral des Alpes-Maritimes le 3 octobre ont tout emporté sur leur passage. On dénombre pour le moment 20 morts, des centaines de personnes sinistrées, des dégâts matériels considérables.

Face à l'ampleur et à la gravité du désastre, constatées par le Président de la République lors de visite de plus de 5h30 dimanche 4 octobre, le classement en état de catastrophe naturelle pour 14 communes est intervenu au Conseil des Ministres dès mercredi 7 et publié au Journal officiel  le 8 octobre. 

Aujourd'hui, après une minute de silence observée à la mémoire des personnes décédées, le Conseil départemental s'est réuni, en présence du Préfet des Alpes-Maritimes pour voter à l'unanimité de ses membres, des mesures de solidarité envers les particuliers, les entreprises et les collectivités rudement touchés. rapport CD 8 octobre 2015.pdf

Il a également remercié et rendu hommage aux maires mais aussi aux agents des services publics nationaux, départementaux et communaux mobilisés au service de la population.

Intervention de Marie-Louise Gourdon : interv MLG 8 octobre intemperies.pdf

Intervention de Jean-Raymond Vinciguerra inter JRV 8 octobre 2015 intemperies.pdf

 

ciotti,gourdon,vinciguerra,intempéries 3 octobre 2015NM 2015-10-09 CD-Inondations.jpg

 

 

30/09/2015

Modification du temps de travail pour les agents départementaux : Aucune concertation avec les agents et les syndicats du Conseil Départemental

code travail.jpg - Informer directement les agents d’une décision prise unilatéralement par le Président et mettre les organisations syndicales devant un fait accompli c’est une méthode brutale qui permet de constater ce qu’est la politique sociale de la droite quand elle est au pouvoir.

- La bonne gestion des personnels exige qu'une concertation ait lieu pour discuter de questions aussi importantes et pour maintenir un climat sain dans la collectivité.

 - Les contraintes budgétaires sont réelles et la dette importante du Département l'est encore plus. Toutefois le budget de fonctionnement du département est largement abondé par les contribuables locaux, la population attend légitimement en retour un service public apte à satisfaire ses demandes.

 - La mise en cause des conditions de travail ne concerne pas que les agents du CD06 mais bien toute la population. Le maintien de services publics de qualité passe par le respect des personnels qui s’impliquent de tous les jours dans leur action au service des habitants.

 - Nous sommes très attachés aux 35h et l’ensemble des salariés aussi, il n'est pas question d'y toucher.

 - Enfin, l'évocation de la baisse des dotations de l’Etat est une manœuvre politicienne qui cherche à reporter sur le gouvernement le mécontentement engendré par une décision du Président du CD06.

 Marie-Louise Gourdon – Jean-Raymond Vinciguerra

Conseillers départementaux des Alpes-Maritimes

RTT Nice matin29-09-2015.pdf

30/09/2013

Création du site ivg.gouv.fr pour garantir aux femmes une information complète et fiable sur leurs droits

ivg,gourdon, marie louise gourdonMarisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, et Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, Porte-parole du Gouvernement, ont lancé le nouveau site dédié à l’information des femmes sur l’IVG : www.ivg.gouv.fr, à l’occasion de la Journée mondiale de mobilisation pour le droit à un avortement légal et sûr, samedi 28 septembre.

L’ouverture de ce site est l’une des réponses à la croissance du nombre de sites internet diffusant des informations mensongères ou orientées, susceptibles de compromettre l’exercice du droit à l’IVG. La prolifération d’informations souvent trompeuses et culpabilisantes pour les femmes, y compris sur des sites très bien référencés sur la question de l’IVG, est de nature à porter atteinte à la liberté de choix des femmes. Le gouvernement ne tolérera aucune entrave à ce droit essentiel des femmes, chèrement acquis.

Ce site d’information complet et actualisé permet à chaque femme de disposer de tous les renseignements utiles pour éclairer son choix, compte tenu de la législation applicable. Il oriente les femmes vers les professionnels formés pour bénéficier de renseignements sur les lieux accessibles, pour une information ou un acte d’IVG, ou pour une écoute.

Les deux ministres tiennent à rappeler la mise en place d’une politique de santé qui permet de garantir à toutes les femmes qui en ont besoin de recourir à l’IVG, sans obstacle financier (gratuité des IVG depuis le 31/03/2013) et partout en France.

Marie-Louise Gourdon