Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2018

La limitation de vitesse à 80 km/h .........

limitation vitesse de 90 à 80 km.jpgMonsieur Jean-Raymond Vinciguerra au nom du groupe socialiste et écologiste est favorable à cette mesure tandis que les autres élus du Département votent CONTRE.

Voir l'article NM du 19 mai 2018 ci-dessous  en totalité :

 

la limitation à 80 km- NM 19 mai 2018.pdf

26/01/2018

VOEUX 2018 -des voeux placés sous le signe de la bienveillance

 

Voeux 2018-Marie-Louise GOURDON-.jpgMarie-Louise GOURDON, entourée des conseillers remplaçants Brigitte Dekeyser et de Jean-Claude Girone

Difficile de se faire une place dans la salle bondée de l'aquarium, mercredi soir, lors de la cérémonie des voeux de Marie-Louise Gourdon. La conseillère départementale, nouvellement chevalière des Arts et lettres, a laissé la parole à ses co-listiers Brigitte Dekeyser et Jean- Claude Girone, avant de lancer une vidéoprojection. Un diaporama de son travail d'élue durant une année. Une année bien remplie avec «pour fil conducteur le sens de l'intérêt général». Infrastructures, collèges, volet social... toutes les compétences du département ont été mises en oeuvre par la dynamique conseillère.

« L'ensemble des routes départementales qui traversent Mouans- Sartoux ont été aménagées et sécurisées. Le premier parking de co-voiturage du département n'a rien coûté au contribuable mouansois (...) On va tous vers le sens des nouvelles mobilités.  Le 15 février, le président du département Gi-nesy Charles-Ange viendra inaugurer la nouvelle piste cyclable et piétonne qui traverse le rond-point de la pénétrante. Une bonne nouvelle pour le projet de la bretelle de la Paoute, cette «arlésienne». «Elle arrive!, assure la conseillère. On va démarrer les travaux. Cela devrait représenter moins 20 à 30 % de la circulation par Mouans-Sartoux, particulièrement les camions. Côté collège, des progrès énormes ont été réalisés à la cantine, avec 50 % de bio dans les assiettes des collégiens de la Chênaie. «Petit à petit, on progresse dans l'ensemble des collèges du département, annonçait Marie-Louise. «On est là pour aider chacun, assurait Marie-Louise Gourdon, une mission d'écoute et de service. Les places sociales dans les maisons de retraite sont passées de 20 à 30 %. On arrivera peut-être à 50 %. - Autre priorité, l'habitat. De nombreux programmes ont été réalisés à Mouans-Sartoux (résidence Mau-passant, George-Sand, crèche les P'tits bouts...). «Nous devons répondre à tous les besoins. 70 % de la population du département pourrait être éligible au logement social. » Et, enfin, volet culture, un cinéma encore plus grand, une nouvelle librairie, un centre culturel des Cèdres et un Espace de l'art concret dynamiques, «une équipe extraordinaire de 60 personnes à la culture», une foule d'associations qui profitent des nombreux équipements, et une nouvelle salle de spectacle de 150 personnes à l'horizon 2020. «Ces projets ne sortent pas de nulle part, c'est ce que nous faisons toute l'année, ce que chacun apporte qui fait germer des idées et ce qu'il faut pour les réaliser (...) Le Festival du livre représente vraiment cette construction collective d'un événement (...) autour de cette volonté de bien faire, de partager-. Et de conclure : « Je crois profondément qu'on peut baser notre relation humaine sur la gentillesse, la bienveillance, la générosité... Avant de dévoiler le thème du prochain Festival du Livre : « A nous la liberté!», comme le chantait Edgar Morin au bal des bénévo-les! DELPHINE GOUATY

08/12/2017

Premier budget du nouveau Président du Département Charles Ange GINESY

jrmalou2017.jpgMonsieur Le Président,

Mes chères et chers collègues,

Le budget que vous nous présentez aujourd’hui est le premier à votre main.

Nous en avons apprécié la tournure factuelle, et la tonalité plus consensuelle. Nous nous trouvons pour cette année 2018 devant un budget qui apparaît très contraint, en baisse, de 1% par rapport à l’an dernier.

A mi-mandat, nous avons l'impression d'être face à un budget de transition, un budget d'attente.

D'attente de quoi?

Peut-être de décisions politiques, nationales et locales, qui vont décider de l'avenir de notre Département? Décisions qui pourraient modifier les cartes des territoires et des enjeux politiques.

Ainsi, quid des annonces du Président Macron sur l'évolution des collectivités ?

Il a dit qu'il laisserait faire les élus entre eux pour prendre des décisions.

Alors en effet plusieurs hypothèses se profilent à l'horizon.....

Intervention complète de Mme Gourdon-Présidente du Groupe : BP 2018-intervention Gourdon-08-12-2017.pdf

Intervention  de M. Vinciguerra BP 2018-intervention Vinciguerra-environnement 08-12-2017.pdf 

 

Le rapport définitif de la Chambre Régionale des Comptes  fait plusieurs recommandations au département, notamment celle de consolider sa dette avec celle liée au transfert des routes à la Métropole en 2012 (172 M€ d'encours transférés)

 BP 2018 endettement CD06.jpg

vinciguerra,gourdon,budget 2018,departement 06

 

 

 

 

 

19/10/2017

Session départementale peu commune : Scènes de ménage au sein de la majorité, motion du groupe Socialiste et écologiste sur le logement social reprise et adoptée à l'unanimité par l'Assemblée

gourdon,segura,ciotti,vinciguerra,cd06,ginesy

La session a permis à Marie-Louise GOURDON au nom du groupe de proposer une motion sur le logement social qui a été reprise et adoptée à l'unanimité  par l'Assemblée départementale :  interv -HLM -réforme-AD 19-10-2017-MLG.pdf

Le coeur de la session portait sur les Orientations Budgétaires pour 2018 et la décision modificative du budget 2017. Intervention de Jean-Raymond VINCIGUERRA DOB-DM-interv JRV-19-10-2017.pdf

En fait, la séance a été houleuse tout au long de la journée, malgré la pause méridienne, suite de l'intervention, dès l'ouverture des débats, du nouveau Président Charles-Ange GINESY qui tout en regrettant la création d'un groupe de 17 élus à l'intérieur de sa majorité départementale a demandé, en séance publique, une clarification au Président du Groupe "Alpes-Maritimes Ensemble" Joseph SEGURA.

Ce dernier s’est plaint que les élus de son groupe soient exclus de la majorité départementale alors qu’ils souhaitent au contraire travailler aux côtés du nouveau président Charles Ange GINESY.

Sur ce thème les débats ont évolué dans des échanges où les déclarations de chaque protagoniste n'ont pas permis d'éclairer utilement l'Assemblée sur les motivations de chacun. Les échanges se sont très vite envenimés, particulièrement lors de l'éviction de leur poste des 3 Vice-Présidentes du nouveau groupe au profit d'élus du groupe de la majorité départementale présidé par Eric CIOTTI dont les interventions successives n’ont, pour le moins, pas contribué à apaiser le débat.

Pas moins de 4 motions ont été adoptées par l'Assemblée à l'unanimité, dont celle proposée par le groupe socialiste et écologiste sur les risques que fait peser l'article 52 de la Loi de Finances pour 2018 sur le logement social et repris par l'Assemblée.

46 rapports ont ensuite été examinés plus calmement par les élus réunis en commission permanente, hors public

 

 Motion art 52 adopté à l'unanimité unanimité (2).docx

 

 

17/07/2017

La compensation financière de l'Etat pour le transfert du fleuve Var au Département 06 enfin fixée

VAR.jpgLe transfert par l'Etat de la compétence et de la propriété du fleuve au département en 2013 s'accompagne d'une compensation financière. Elle vient d'être fixée par un arrêté du 11 juillet 2017 : 61 € !

Cette opération voulue par le Département restera décidement dans les mémoires à plus d'un titre.

Décret n° 2013-1206 du 23 décembre 2013 relatif aux modalités de transfert des parties de services de l'Etat qui participent à l'exercice des compétences d'aménagement, de gestion et d'entretien de la partie du domaine public fluvial du Var dont la propriété a été transférée au département des Alpes-Maritimes

28/06/2016

LE BIO ET LOCAL VA PROGRESSER DANS LES CANTINES DES COLLÈGES

eco 28juin2016.jpg

SOUTENEZ CES PROJETS EN TANT QUE CITOYENS ET PARENTS D'ÉLÈVES  !

Ce matin je suis intervenue au conseil départemental lors du colloque  Plan climat sur le thème : la restauration scolaire dans les collèges et l'agriculture locale, en présence des services départementaux, du directeur de la Chambre d'agriculture et de l'INRA. 

 

LE BIO ET LOCAL, UN ENJEU SANITAIRE ET ÉCONOMIQUE 

J'ai pu expliquer pourquoi le développement de l'agriculture bio et locale est un enjeu à la fois sanitaire et économique, en m'appuyant notamment sur l'exemple de Mouans-Sartoux qui a créé une ferme  communale bio et des cantines 100% bio, et en montrant que des collèges sont volontaires pour s'y mettre. 

 LA PLATE-FORME DE PRODUCTEURS 06 Â TABLE

La mise en place de la plate forme de producteurs locaux, 06 A TABLE peut accélérer les choses. Â l'initiative du Departement et de la chambre  d'agriculture, elle permettra aux collèges qui le souhaitent de s'approvisionner plus facilement en local, bio et conventionnel.

La question qui se pose est la production, la quantité et la régularité dans la production. 

 QUEL FONCIER AGRICOLE POUR PRODUIRE?

Et donc celle du foncier agricole. 

La balle est ainsi dans le camp des communes et autres collectivités pour créer du foncier agricole. Si l'on veut que des agriculteurs s'installent , il faut des terres agricoles aux loyers accessibles.

Chaque commune peut déterminer sur son territoire, dans le PLU, des zones agricoles pour le permettre. Ou créer , comme nous l'avons fait â Mouans-Sartoux, une régie agricole qui produit directement les légumes bio pour les cantines.

Le moyen  et le haut pays sont riches en terres fertiles et relativement propres, peu ou pas polluées par des pesticides, où des agriculteurs peuvent s'installer en bio ou en raisonné et approvisionner en produits frais et de saison les cantines locales. Il faut faire vite avant que l'urbanisation ne gagne trop de terrain.

Peu à peu le cercle peut devenir vertueux. Si les agriculteurs sont assurés de vendre toute leur production pour les cantines, ils pourront faire sans risques le pari sur l'avenir.

Il faudra un peu de temps mais l'essentiel est toujours de faire le premier pas.

 COMMENT S'Y PRENDRE POUR COMMENCER?

L'association nationale Un plus bio peut servir de conseil pour démarrer l'intégration de bio dans les menus. Comment faire? Comment travailler avec les appels d'offres? Comment commencer?

Nous allons expérimenter avec quelques collèges volontaires dès la rentrée. Ainsi le Collège La chênaie de Mouans-Sartoux  souhaite passer de 12% de bio à 25% à la rentrée prochaine.

Leur expérience pourra servir de base aux collèges qui voudront se lancer aussi.

Et il faut soutenir le développement de la Plate-forme "06 à table", qui peut devenir un excellent outil.

Voila un combat pour une meilleure santé par une meilleure alimentation qui mérite d'être partagé !

 SUIVRE AVEC VOUS

 

01/04/2016

Contre une fusion des Centres de Lutte Contre le Cancer de Nice et de Marseille

20150402-CG06-installationDSC05668.jpg

COMMUNIQUE

Suite aux réactions suscitées par le projet de fusion  porté par la fédération Unicancer, entre le centre de lutte contre le cancer (CLCC) Antoine-Lacassagne à Nice, et l'Institut Paoli-Calmette, le CLCC de Marseille (Bouches-du-Rhône), le Directeur général de l’ARS de la région Paca  réunira de nouveau, en avril, l’ensemble des acteurs concernés pour faire le point sur l’état d’avancement des travaux et des orientations.

 Les élus du groupe socialiste et écologiste du Conseil départemental souhaitent que ces négociations débouchent sur une réelle préservation d’une offre de soins de qualité en cancérologie répondant au besoin de proximité des populations. Le centre Antoine-Lacassagne ouvert et déjà très impliqué dans les partenariats avec les établissements du territoire ne sauraient se voir imposer une fusion rejetée par l’ensemble de son conseil d’administration.

Nous soutenons la position du centre Antoine-Lacassagne contre cette fusion. Nous saisissons Madame la Ministre de la santé pour lui affirmer notre position et lui demander d'intervenir dans ce sens auprès d'Unicancer.

Marie-Louise GOURDON Jean-Raymond VINCIGUERRA

Conseillers départementaux du canton Grasse-sud-Mouans-Sartoux

 

10/03/2016

RSA on oublie l'essentiel

CP25-02-2016.jpgNice Matin a bien voulu se faire l’écho d'une bataille sourde (pour l'instant) menée depuis quelque temps au Conseil départemental à propos du Revenu de Solidarité Active (RSA) NM13-03-2016RSA.pdf

Lors de la dernière réunion de la Commission Permanente, (réunion fermée au public),le 25 février dernier, le Président Ciotti a proposé au vote une délibération qui tend à rendre obligatoire l'inscription à Pôle Emploi de tout demandeur du RSA.

Cela peut paraître relever du ...bon sens puisque un allocataire du RSA est censé être en recherche d'emploi. Mais là où le bât blesse c'est que la règle de pôle Emploi c'est l'obligation d'accepter une offre "d'emploi raisonnable" ou d'être radié au bout de deux refus d'une offre de ce type. Si le bénéfice du RSA est soumis à l'inscription à Pôle Emploi, alors la radiation de Pôle Emploi entraînerait la suppression du RSA.

Or certaines personne ne PEUVENT PAS travailler (handicaps, accidents divers de la vie).

Cette nouvelle disposition fait partie de tout un arsenal d'autres destinées à faire décroître l'enveloppe financière du RSA à la charge du département tout en diffusant un message constant de stigmatisation des sans-emploi.
Notre rôle d'élu, c'est de rappeler que l'allocation RSA est une aide sociale qui répond à une situation difficile de l'allocataire et lui permet de survivre, que c'est une aide à la réinsertion de personnes qui souvent sont en rupture sociale ou tout simplement handicapées au point de ne plus pouvoir travailler, que cette allocation doit permettre un travail social de réinsertion qui mènera à la recherche d'emploi tous ceux qui, provisoirement, sont dans l'incapacité de travailler.