Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2017

Départements : les propositions des candidats à l'élection présidentielle

L’Assemblée des Départements de France (ADF) a reçu mercredi 8 mars 2017 de 8h30 à 14h00 les candidats à la Présidence de la République afin de connaitre leurs positions sur l’avenir des Départements et de la décentralisation.

6 candidats à la présidentielle ont ainsi partagé avec les élus départementaux leur vision de l’organisation territoriale. Disposant chacun de 30 minutes d’intervention, ils ont pu faire connaitre leur avis sur les propositions de l’ADF autour de ces trois grands thèmes :

  • Comment sauver notre modèle social dont les Départements sont garants ? Comment continuer à venir en aide et accompagner les Français les plus fragiles, l’enfance en danger, les situations de handicap et le grand âge ?
  • Comment réduire la fracture territoriale et, assurer le développement des territoires ruraux en renforçant l’action essentielle des Départements ? Comment apporter le très haut débit mobile partout, garantir l’accès aux services essentiels à la vie des habitants, notamment dans l’accès aux soins, dynamiser l’économie locale et faire de la ruralité un lieu d’innovation au service des habitants et des entreprises ?
  • Comment libérer les collectivités locales, dont les Départements, du carcan des normes que l’Etat leur impose ? Comment retisser les liens de confiance entre l’Etat et les Départements ?

Ces thèmes chers aux Départements avaient fait l’objet de rapports présentés à l’occasion du Congrès ADF d’octobre 2016. Les 36 propositions votées par le Groupe DCI ainsi que les 10 engagements proposés par le Groupe de Gauche sont disponibles en téléchargement sur le : site de l'ADF

 Verbatim Candidats_8mars2017.pdf

 

16/03/2017

Lycée Tocqueville : Tragédie évitée

binome2-04-2015.jpgCommuniqué de Presse du 16 mars 2017

Nous partageons l'émotion qu'ont ressentie les élèves, les équipes pédagogiques et la direction du lycée, l'ensemble des personnels et les familles, lors des événements qui se sont produits aujourd'hui au Lycée Tocqueville.

Nous transmettons nos vœux de prompt rétablissement au proviseur du lycée et aux personnes blessées. Nous félicitons les forces de sécurité, les services de l'éducation nationale et ceux de la ville de Grasse dont la rapidité d'intervention a permis de mettre fin à ce drame en milieu d'après-midi, drame qui aurait pu tourner à la tragédie.

Marie-Louise Gourdon et Jean-Raymond Vinciguerra,

Conseillers départementaux de Grasse-Sud- Mouans-Sartoux

02/03/2017

JOURNAL INFO 06-le sport en prévention

Alors que la politique sportive du département donne  « la priorité aux manifestations d’envergure nationale ou internationale » et que les  subventions au sport ont chuté de 24% entre 2015 et 2017 une autre priorité en lien avec la compétence première du département pourrait être renforcée : La Prévention.

Elle passe par l’épanouissement des jeunes enfants et adolescents. Une politique de soutien plus large aux clubs locaux permettrait cet épanouissement de la jeunesse de nos communes

La mesure "Sport sur ordonnance" (loi de 2016) qui entrera en vigueur le 1 mars 2017 permet aux médecins de prescrire à leurs patients souffrant d’Affections de Longue Durée, la pratique d’un sport adapté à leurs capacités physiques, à leur pathologie et au risque médical encouru.

L'OMS précise que le manque d'activité physique est la cause principale de 21 à 25% des cancers du sein ou du colon, de 27% des diabètes et d'environ 30% des cardiopathies ischémiques.

Au titre de la Prévention à la santé et de la lutte contre la sédentarité des jeunes et des moins jeunes, et dans une démarche sociale, le département ne pourrait-il pas expérimenter pour sa population le « sport-prévention », dans le but de grandir, vivre et vieillir en bonne santé ?

 

Jean-Raymond VINCIGUERRA

Groupe Socialiste et Ecologiste

http://groupe-socialiste-alpes-maritimes.blogspirit.com

24/02/2017

Convocation des électeurs pour l'élection du Président de la République

logo_elysée.jpgEn métropole, les électeurs sont convoqués le dimanche 23 avril 2017 et en cas de besoin le dimanche 7 mai.

Le scrutin sera ouvert à 8 heures et clos à 19 heures voir le : Décret

20/02/2017

Les recours rejetés sur le prolongement de la pénétrante Cannes-Grasse

Le Tribunal Administratif de Nice a rendu ses jugements et rejeté les requêtes présentées par deux associations, une société, ainsi qu'une riveraine du chemin des Chênes.

Voir la totalité de l'article ci-dessous :

NM 2017-02-18 DUP PCG jugement TA.jpg

16/02/2017

Le délit d'entrave à l'IVG définitivement adopté par le Parlement

 Hémicycle plein - vue panoramique

Cette loi permettra de pénaliser les sites de « désinformation » sur l’interruption volontaire de grossesse.

Deux ans de prison et 30 000 euros d’amende, voilà à quoi s’exposeront désormais les « militant[s] anti-IVG 2.0 », comme les appelle Catherine Coutelle (PS, Vienne), rapporteuse de la proposition de loi sur le délit d’entrave à l’IVG, qui a été définitivement adopté par le Parlement, jeudi 15 février, avec un dernier vote des députés.

Cette proposition de loi, qui avait été rédigée par le PS, a été âprement combattue par une partie de la droite et par le mouvement provie.

Elle a été votée à main levée à l’Assemblée nationale. Tous les groupes de gauche et une majorité de l’UDI ont voté pour, tandis que Les Républicains ont voté contre ce qu’ils considèrent comme « une atteinte à la liberté d’expression ».

Le texte prévoit de pénaliser les sites de « désinformation » sur l’IVG qui cherchent, « dans un but dissuasif (…), à induire intentionnellement en erreur » les femmes s’informant sur l’avortement. Il s’agit d’une déclinaison du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse créé en 1993 pour les « commandos » qui venaient perturber les établissements pratiquant l’avortement ou menacer les personnels hospitaliers.

 

Lire la suite

05/02/2017

Les résultats du 2e tour des primaires citoyennes du 29 janvier 2017

2e tour,primaires,gauche,parti socialiste

État définitif de la participation : 2 046 628

  • Manuel Valls 41,31% des suffrages exprimés
  • Benoît Hamon 58,69% des suffrages exprimés
  • Votes blancs et nuls 1,60% des votants
  • Nombre de bureaux de vote centralisés : 7208 (soit 100% des bureaux de vote)
  •  
     

                                      

    Manuel Valls                                             Benoît Hamon
    41,31% des suffrages exprimés            58,69% des suffrages exprimés
     

               Télécharger les resultats complets du second tour

     resultats complets du second tour des primaires

     

    02/02/2017

    JOURNAL INFO 06-Budget Primitif 2017

    Le domaine des solidarités sociales constitue la compétence essentielle du Département. Avec 524 M€, il représente 38% du Budget 2017.

    Ces actions de solidarité s'adressent à une partie importante de la population : les familles à faible revenu, aux petites retraites, aux personnes en situation de handicap, aux plus fragiles.

    En 2014, l'Etat avait autorisé les départements à augmenter la taxe sur les ventes immobilières pour compenser les hausses d’allocations de solidarité. Le Département l'a fixée au taux le plus élevé. Ainsi, entre les budgets 2014 et 2017 son produit a progressé de 75 M€ alors que les dépenses de solidarités de 9 M€

    Nous pourrions donc faire mieux pour ceux qui sont le plus en difficulté.

    L’action en faveur des personnes âgées bénéficie de la loi d'adaptation au vieillissement voulue par le Gouvernement en 2016. Une grande avancée qui permet d’augmenter l’APA, de diminuer les restes à charge et de créer un droit au répit pour les aidants.

    Sur l’investissement, le Département peut encore en 2017 compter sur une partie des recettes exceptionnelles liées à la vente de ses parts de l’aéroport pour 81 M€.

    Ces recettes ont permis d'accélérer quelques projets, dont la sécurisation des collèges, en 2016 et 2017 et de réduire la dette qui reste cependant à un niveau très élevé: 827 M€ (60 % de + que la moyenne) et limite nos capacités d'investissement.

    Marie-Louise GOURDON

    Conseillère départementale des Alpes-Maritimes

    http://groupe-socialiste-alpes-maritimes.blogspirit.com