Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2021

Débat d'orientation budgétaire 2022

DOB 2022 15-11-21.jpgLe Débat des Orientations Bugétaires (DOB) est un moment important de l'année budgétaire. Il ne donne pas lieu à un vote, il est seulement acté que le débat a bien eu lieu. Marie-Louise Gourdon et Mathieu Panciatici, élus du Groupe Environnement et Solidarité, ont porté leur vision de l'avenir s’appuie essentiellement sur l’urgence climatique et la nécessité de mettre en place immédiatement des actions fortes   :

 

Nous avons aujourd’hui à tracer des voies pour l’avenir, des orientations budgétaires, et des projets.

 

Il nous semble opportun, d’avoir une vision à 7 ans puisque nous sommes au début d’un long mandat qui nous donnera du temps pour travailler et mettre en œuvre les projets départementaux.

 

Nous sommes à un tournant dans l’histoire de l’humanité.

Pour la première fois sans doute nous sommes face à une crise qui met en péril notre existence sur cette planète à moyen terme.

 

Le GIEC dit que «  La vie sur Terre peut se remettre d'un changement climatique majeur en évoluant vers de nouvelles espèces et en créant de nouveaux écosystèmes. L'humanité ne le peut pas. ».

Nos niveaux actuels d'adaptation sont insuffisants à répondre aux futurs risques climatiques prévient ce dernier qui tempère quand même ce pessimisme :

Mais Nous avons encore les cartes en main. Si nous prenons aujourd'hui des mesures fortes, nous pouvons freiner l'emballement. « Nous avons besoin d'une transformation radicale des processus et des comportements à tous les niveaux : individus, communautés, entreprises, institutions et gouvernement, plaide le rapport. Nous devons redéfinir notre mode de vie et de consommation ».

 

Voir l'intervention complète :  intervention ML Gourdon DOB 2022.pdf

13/11/2021

11 Novembre - Hommage à Emilienne Moreau, héroïne de 17 ans de la guerre de 14-18 et Résistante de la seconde guerre mondiale

11 NOV 21 3.jpg11 NOV 21.jpg11 NOV 21 2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Discours de Marie-Louise Gourdon lors de la cérémonie du 11 novembre à Mouans-Sartoux

 

Nous sommes 103 ans après l’armistice de la première guerre mondiale.

Je vous invite à rendre un double hommage aujourd’hui .

Rendre hommage aux poilus, qui sont morts par millions, au front, dans des conditions  inhumaines et inimaginables, nos grands-pères, nos aïeux 

 

Et à Rendre hommage aux femmes, celles qui y ont laissé leur vie, les femmes des poilus, et toutes les autres, qui ont assuré l’arrière, et permis à la France de vivre et de survivre pendant ces 4 années terribles, en attendant la paix, nos grands-mères, nos aïeules.

 

 L’Histoire s’écrit en continu et l’on découvre encore des personnages et des événements méconnus.

 

Ainsi de véritables heroïnes, méconnues, qui méritent que nous leur rendions hommage pour que leurs exploits ne s’effacent pas définitivement.

À Mouans-Sartoux nous avons érigé une stèle, unique en France, au Monument aux morts pour rendre hommage aux femmes qui ont défendu la France et la Liberté, hommage ouvert à toutes les femmes du monde défendant la Liberté. Et c’est pour moi l’occasion de faire connaître ces femmes.

 

Voici l’histoire d’Emilienne Moreau, la « Jeanne d’Arc » du Pas-de-Calais, héroïne de 14-18 puis de la Résistance.

Redécouverte et racontée par un journaliste  du journal Le monde, Luc Bronner, dans la série Nos oubliées,  Les femmes oubliées de l’Histoire, que je reprends ici largement pour vous la raconter.

 

Qu’a t’elle fait?

En 1915, pendant la guerre, en Artois, son village Loos-en-Gouelle était occupé par les Allemands et les Anglais avaient  décidé de le reprendre.

A l’âge de 17 ans, et toute seule, Emilienne Moreau sauva des centaines de soldats anglais pendant la bataille de Loos-en-Gouelle en courant  courageusement à leur rencontre pour les prévenir qu’« une mitraille impitoyable les attendait car les troupes allemandes étaient massées derrière le village.

Elle transforma ensuite sa maison familiale en infirmerie de campagne. Dans la rue, les combats continuèrent. 

Emilienne se souvient : « On court entre les maisons et ma connaissance parfaite des lieux nous permet de surprendre les Prussiens embusqués. Prise par une sorte de furie, moi aussi, je prends des grenades et je les lance par l’escalier de la cave. Des explosions sourdes retentissent. Puis c’est la fumée et le silence. J’ai tué des hommes. » D’autres Allemands font feu sur l’infirmerie. Elle prend un revolver posé sur un banc et tire. « Les deux ombres s’effondrent. Puis c’est le silence ».

 

La propagande militaire s’est immédiatement saisie des exploits de l’héroïne de 17 ans pendant la bataille de Loos. 

Le général Douglas Haig, qui devint commandant en chef des armées britanniques, lui écrivit pour exprimer son « admiration très sincère » pour son « patriotisme » et son « courage dévoué ». 

 

Pour avoir sauvé ses soldats, l’armée anglaise lui attribua la médaille militaire, la Croix rouge royale et elle fut nommée dans l’Ordre de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem. 

 

Le général Foch la félicita à son tour et elle fut citée à l’ordre de l’armée. Quelques semaines plus tard, à Versailles, en novembre 1915, elle reçut la Croix de guerre. 

 

Dans la douleur des défaites françaises, son histoire semblait pouvoir redonner confiance. « L’exemple de cette jeune héroïne, symbole vivant de l’alliance franco-britannique, tombait à pic pour raffermir le moral du pays alors que les offensives d’Artois et de Champagne avaient abouti à un bain de sang », souligne l’historien Jean-Marc Binot.

 

Ce n’était que le début de l’histoire d’Emilienne Moreau, 17 ans, héroïne de la première guerre mondiale. 

Le début seulement car son destin a de quoi fasciner. 

Car cette femme, devenue institutrice après l’armistice, fut aussi une héroïne de la seconde guerre mondiale. Au risque de sa vie, de celle de son mari, de ses  enfants, elle fut résistante pendant cinq longues années. 

 

Pour son courage et pour les actions entreprises, elle fut désignée compagnon de la Libération, l’hommage suprême de la Nation aux résistants, « cette chevalerie exceptionnelle créée au moment le plus grave de l’histoire de France », selon les mots du général de Gaulle. Une reconnaissance hors norme, et plus encore pour une femme : parmi les 1 038 compagnons, six femmes seulement furent récompensées, dont quatre à titre posthume.

 

Emilienne Moreau fit « preuve d’un patriotisme et d’un courage exceptionnels au cours des deux guerres », indiquent ses camarades de l’Ordre de la Libération dans la note confidentielle présentée alors au général de Gaulle pour justifier son entrée dans l’Ordre. 

Avec ces mots : « Emilienne Moreau fut l’incarnation de la résistance féminine française. » 

 

En août 1945, à Béthune, le général de Gaulle lui remet la croix de la Libération et prononce la phrase rituelle : « Nous vous reconnaissons comme notre compagnon pour la Libération de la France dans l’honneur et par la victoire. »

 

Son histoire aurait pû, aurait dû la placer au Panthéon de notre mémoire collective. Avec les plus grands résistants. Il n’en fut rien. Sauf une plaque et l’école qui,porte son nom à Loos en Gouelle.

Merci à ce journaliste du Monde et à Wikipedia de nous avoir fait connaître son histoire.

 

C’est notre devoir de mémoire que de lui rendre hommage ici, au monument aux morts devant notre stèle dédiée aux femmes qui se sont battues pour la liberté et pour la France.

 

Marie-Louise GOURDON 
Maire adjointe à la culture de Mouans-Sartoux
Commissaire du Festival du Livre
Conseillère départementale des A.M.
Chevalière de la Légion d'honneur 
Chevalière des Arts et Lettres

01/10/2021

Réunion de l'Assemblée du 1 octobre 2021

malou et mathieublog.jpgA la veille du premier anniversaire de la Tempête Alex, l'Assemblée avait un ordre du jour chargé de plusieurs gros dossiers :

- les rapports d’exécution 2020 des programmes de lutte contre la pauvreté et du fonds de solidarité logement

- le Plan départemental d'investissement 2022-2028 pour la restructuration de 16 Ehpad. pour un montant de 55 millions d’euros. Aujourd’hui les séniors représentant 31% de la population des Alpes-Maritimes.

- la création d'une Société d'Economie Mixte Locale (SEML) GREEN Energy 06 qui s’intègre dans la stratégie  2021-2026  de transition énergétique du Département. L'apport en capital du Département s'élève à 5 655 900 €. Il sera actionnaire majoritaire. La SEML aura pour mission d'augmenter l'offre d'énergie renouvelable.

- la contractualisation d'aide à l'investissement avec les territoires urbains (agglomération et ville centre) - Horizon 2026, pour 139 millions d'euros de subventions départementales :

CACPL et Cannes : 23 opérations - subvention maximum : 28,3 millions €

CAPG et Grasse : 20 opérations - subvention maximum : 13.5 millions €

CASA et Antibes : 16 opérations - subvention maximum : 11.4 M€

MNCA et Nice : 29 opérations - subventions maximum : 85.8 M€

- le soutien au CRT Côte d'Azur : le Département se substitue à la Région dans le financement du CRT. 

- la Ligne Nouvelle Provence Côte d'Azur (LNPCA) - 2023-2050 :

139 M€ de subvention départementale pour la phase 1 (2023-2029) et 2 (2027-2035) sur un montant total HT de 14.6 milliards d'euros, 

engagement de solidarité pour la phase 3 et 4.  Demande à l'Etat de mise en place d'un établissement public local (article 4 de la loi LOM) bénéficiant de ressources propres au moins égales à 30% des charges financières liées aux 4 phases.

- le plan collège horizon 2028 pour 300 M€, comprenant notamment des nouveaux collèges : à Levens (coût estimé 20M€), au nord de Saint Laurent du Var (27 M€), sur le quartier de saint Isidore (27M€), dans la vallée du paillon, au nord est de Nice (27M€). 

- la création d'un campus connecté à Puget-Théniers

-la sauvegarde et la valorisation du patrimoine fortifié des Alpes-Maritimes

Voir : Intervention de Marie-Louise GOURDON 1 octobre 2021.pdf

 

 

15/09/2021

Vade-mecum sur une revalorisation salariale des métiers de l'aide à la personne au 1er octobre 2021 :

Brigitte BOURGUIGNON, ministre déléguée, chargée de l’Autonomie, diffuse aux conseils départementaux un vade-mecum sur la mise en œuvre de l’avenant 43, co-écrit avec un échantillon de départements et l’Etat, dans la perspective de sa prise en compte dans les feuilles de salaires des aides à domicile dès le 1er octobre 

Ce vade-mecum vise à aider les conseils départementaux dans la mise en œuvre du décret du 6 septembre 2021, précisant les modalités de l’aide financière de l’État pour la concrétisation au 1er octobre 2021 de la revalorisation salariale, à hauteur moyenne de 13% à 15%, pour les 209 000 personnels des services d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) et des services de soins infirmiers à domicile (SSIAD).

 

27/07/2021

Le Conseil d'Etat ordonne au Gouvernement de revoir, sous 6 mois, les règles pour protéger la population des pesticides

epandage.jpgPrises par le Gouvernement fin 2019, les nouvelles règles d’épandage des pesticides en agriculture ont été contestées devant le Conseil d’État par des communes, associations et agriculteurs bio qui les jugeaient insuffisantes et par une chambre d’agriculture et des agriculteurs qui, eux, les considéraient excessives.

Le Conseil d’État ordonne aujourd’hui au Gouvernement de compléter cette réglementation sous 6 mois. Les distances minimales d’épandage doivent être augmentées pour les produits qui ne sont que «suspectés» d’être cancérogènes, mutagènes ou toxiques, des mesures doivent être prises pour protéger les personnes travaillant à proximité et une information des riverains doit être organisée en amont de l’utilisation de ces produits.

Le 27 décembre 2019, le Gouvernement a défini de nouvelles distances minimales d’épandage à proximité des zones d’habitation et précisé les conditions d’élaboration des «chartes d’engagements» des utilisateurs de pesticides qui doivent être approuvées localement par le préfet.

Ces mesures ont été contestées devant le Conseil d’État par des associations, communes et agriculteurs «bio» qui les jugeaient insuffisamment protectrices et par des agriculteurs et une chambre d’agriculture qui les considéraient excessives.
Le Conseil d’Etat observe aujourd’hui que l’utilisation des pesticides a notamment été encadrée en fonction des conditions météorologiques, ce qui est un critère pertinent.

S’agissant des distances de sécurité pour les pesticides dont les effets cancérogènes, mutagènes ou toxiques sont avérés ou présumés, celles-ci correspondent aux recommandations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) dont les avis sont fondés sur les données scientifiques actuellement disponibles. Elles prennent en compte la dangerosité des produits et la pratique agricole.

Le Conseil d’État constate toutefois que l’ANSES recommande une distance minimale de 10 mètres entre les habitations et les zones d’épandage de tout produit classé cancérogène, mutagène ou toxique, sans distinguer si leurs effets sont avérés, présumés ou seulement suspectés. Il juge par conséquent que les distances minimales d’épandage des produits dont la toxicité n’est que suspectée, qui ont été fixées à 5 mètres pour les cultures basses comme les légumes ou les céréales, sont insuffisantes.

Le Conseil d’État juge également que le Gouvernement doit prévoir des mesures de protection pour les personnes travaillant à proximité d’une zone d’utilisation de pesticides, ce que la règlementation en vigueur ne fait pas.

Enfin, le Conseil d’État estime que les chartes d’engagements d’utilisation doivent prévoir l’information des résidents et des personnes présentes à proximité des zones d’épandage en amont de l’utilisation des pesticides.

Le Conseil d’État ordonne ainsi de compléter la règlementation en vigueur sur ces 3 points, dans un délai de 6 mois.

Le Conseil d’État annule par ailleurs les conditions d’élaboration de ces chartes et de leur approbation par le préfet, car celles-ci ne pouvaient être définies par un décret, mais uniquement par la loi, conformément à la décision n° 2021-891 QPC du 19 mars 2021 du Conseil constitutionnel que le Conseil d’Etat avait saisi dans cette affaire.

Conseil d’Etat N° 437815 et suivantes - 2021-07-07

Décision n°415426, 415431 du Conseil d'Etat, 26 juin 2019
Avis de l'ANSES du 14 juin 2019

16/07/2021

Les élus du groupe dans les commissions thématiques internes : séance du 16 juillet 2021

MEMBRES

 Titulaire

Commission finances, interventions financières, administration générale et SDIS

Marie-Louise GOURDON

Commission emploi, insertion et lutte contre la fraude

Marie-Louise GOURDON

Commission autonomie

Marie-Louise GOURDON

Commission enfance

Mathieu PANCIATICI

Attractivité territoriale et agriculture

Marie-Louise GOURDON

Green deal, environnement et croissance verte

Mathieu PANCIATICI

Santé

Mathieu PANCIATICI

Transports et déplacements

Marie-Louise GOURDON

Smart deal et éducation

Mathieu PANCIATICI

Culture, enseignement supérieur, recherche et affaires internationales

Marie-Louise GOURDON

Sport,  jeunesse et devoir de mémoire  

 

Mathieu PANCIATICI

Gestion des risques

Mathieu PANCIATICI

14:36 Publié dans SESSIONS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

12/07/2021

Début de 3e mandat pour Marie-Louise Gourdon

marie louise gourdon,mathieur panciatici,premiers des mohicans

02/07/2021

“Les premiers des Mohicans”

malou et mathieu.jpgLes premiers des Mohicans” affirment leur singularité et leur force de proposition sous la bannière “Environnement et solidarités”.
Nous serons constructifs, attentifs et vigilants !
Nos premières propositions pour ce nouveau mandat au Conseil départemental conformément à ce que nous avons écrit dans notre programme :
Les premiers des Mohicans” affirment leur singularité et leur force de proposition sous la bannière “Environnement et solidarités”.
Nous serons constructifs, attentifs et vigilants !
Nos premières propositions pour ce nouveau mandat au Conseil départemental conformément à ce que nous avons écrit dans notre programme :
  • 50% de bio et local dans les assiettes des collégiens
  • un Grenelle du harcèlement sur les réseaux sociaux avec l’Education nationale
  • la création d’un pass culture Departemental pour les collégiens
  • la création de régies agricoles départementales pour alimenter les cantines ( comme à Mouans-Sartoux)
  • a mise en place d’une véritable politique de déplacements et de mobilité innovante
Dans la presse :
 
marie louise gourdon,mathieur panciatici,premiers des mohicans