Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2016

Le Pacte Etat-métropoles - Le C15

Gratte-Ciel-centre-ville.jpg

Le Premier ministre a présenté, lors du Conseil des Ministres du 6 juillet, une communication relative au pacte Etat-métropoles.
 
Ce pacte sera signé ce mercredi 6 juillet à Lyon avec les présidents des 15 métropoles françaises, réunies au sein de l’association France urbaine.
 
Ce pacte, une semaine après la réunion des présidents de région qui a permis de développer la plateforme d’engagements réciproques sur les enjeux des transports et du développement économique, illustre l’ambition du Gouvernement d’engager un dialogue renouvelé avec les territoires.
 
Le pacte définit une stratégie nationale de développement des métropoles, fondée sur l’innovation. Il vise à construire les métropoles de demain et à relever trois défis majeurs :
 
- permettre aux métropoles d’affronter la concurrence entre métropoles mondiales. C’est en s’appuyant sur leurs projets marqués par l’exigence de l’excellence qu’elles pourront être pleinement reconnues dans le concert urbain européen et mondial ;
 
- favoriser leur rôle de locomotive de l’économie nationale. Les métropoles doivent devenir des catalyseurs du développement régional et soutenir le développement des territoires ruraux et périurbains ;
 
- donner aux métropoles les moyens de répondre aux besoins de leur population. Economiquement fortes, les métropoles sont socialement fragiles. Elles doivent répondre à des enjeux essentiels pour leur équilibre comme la crise du logement, les congestions urbaines, les quartiers sensibles, la paupérisation du milieu étudiant, l’accueil régulier de nouvelles populations...

Lire la suite

28/06/2016

LE BIO ET LOCAL VA PROGRESSER DANS LES CANTINES DES COLLÈGES

eco 28juin2016.jpg

SOUTENEZ CES PROJETS EN TANT QUE CITOYENS ET PARENTS D'ÉLÈVES  !

Ce matin je suis intervenue au conseil départemental lors du colloque  Plan climat sur le thème : la restauration scolaire dans les collèges et l'agriculture locale, en présence des services départementaux, du directeur de la Chambre d'agriculture et de l'INRA. 

 

LE BIO ET LOCAL, UN ENJEU SANITAIRE ET ÉCONOMIQUE 

J'ai pu expliquer pourquoi le développement de l'agriculture bio et locale est un enjeu à la fois sanitaire et économique, en m'appuyant notamment sur l'exemple de Mouans-Sartoux qui a créé une ferme  communale bio et des cantines 100% bio, et en montrant que des collèges sont volontaires pour s'y mettre. 

 LA PLATE-FORME DE PRODUCTEURS 06 Â TABLE

La mise en place de la plate forme de producteurs locaux, 06 A TABLE peut accélérer les choses. Â l'initiative du Departement et de la chambre  d'agriculture, elle permettra aux collèges qui le souhaitent de s'approvisionner plus facilement en local, bio et conventionnel.

La question qui se pose est la production, la quantité et la régularité dans la production. 

 QUEL FONCIER AGRICOLE POUR PRODUIRE?

Et donc celle du foncier agricole. 

La balle est ainsi dans le camp des communes et autres collectivités pour créer du foncier agricole. Si l'on veut que des agriculteurs s'installent , il faut des terres agricoles aux loyers accessibles.

Chaque commune peut déterminer sur son territoire, dans le PLU, des zones agricoles pour le permettre. Ou créer , comme nous l'avons fait â Mouans-Sartoux, une régie agricole qui produit directement les légumes bio pour les cantines.

Le moyen  et le haut pays sont riches en terres fertiles et relativement propres, peu ou pas polluées par des pesticides, où des agriculteurs peuvent s'installer en bio ou en raisonné et approvisionner en produits frais et de saison les cantines locales. Il faut faire vite avant que l'urbanisation ne gagne trop de terrain.

Peu à peu le cercle peut devenir vertueux. Si les agriculteurs sont assurés de vendre toute leur production pour les cantines, ils pourront faire sans risques le pari sur l'avenir.

Il faudra un peu de temps mais l'essentiel est toujours de faire le premier pas.

 COMMENT S'Y PRENDRE POUR COMMENCER?

L'association nationale Un plus bio peut servir de conseil pour démarrer l'intégration de bio dans les menus. Comment faire? Comment travailler avec les appels d'offres? Comment commencer?

Nous allons expérimenter avec quelques collèges volontaires dès la rentrée. Ainsi le Collège La chênaie de Mouans-Sartoux  souhaite passer de 12% de bio à 25% à la rentrée prochaine.

Leur expérience pourra servir de base aux collèges qui voudront se lancer aussi.

Et il faut soutenir le développement de la Plate-forme "06 à table", qui peut devenir un excellent outil.

Voila un combat pour une meilleure santé par une meilleure alimentation qui mérite d'être partagé !

 SUIVRE AVEC VOUS

 

15/04/2016

Session du 15 avril - Compte administratif /transferts de 3 compétences à la Métropole /50 M€ pour la ligne 2 du Tram de Nice / Motion Lacassagne

session15avril2016.jpg

"Je voudrais vous convaincre de commencer une expérimentation pour améliorer l'alimentation des collégiens en intégrant dans nos cantines une part plus importante de produits bio et locaux. Je réitère ici ma proposition d'un groupe de travail" ..

Marie-Louise GOURDON est intervenue CA2015-15-04-2016-MLG.pdf au nom du groupe lors de la séance plénière du 15 avril 2016.

 

Sur le Compte-administratif 2015 : vote contre

Les dépenses totales de fonctionnement se sont élevées à 1.055 M€ (millions d'euros). Elles représentent 83 % du budget total de notre collectivité.

Les dépenses liées directement à l’exercice des missions quotidiennes du département s’élèvent à 932 M€, (aide aux personnes âgées, handicapées, RSa, enfance et famille, solidarité territoriale, dépenses de personnel...) elles sont sous pression depuis des années. On arrive peut-être même à un stade critique pour le maintien de la qualité du service public. Elements CA2015 département06 .pdf

Mais ces dépenses ne tiennent pas compte d’un volant de dépenses de 122 M€ sur lequel le département n’a plus la main. Il s’agit en 2015 : des fonds de solidarité et de compensation (35 M€), la dotation de compensation à la Métropole (55 M€) - qui avec les nouveaux transferts de compétences va passer à 60M€ en 2017 - et les intérêts de la dette (31.7 M€)

ca 2015 departement 06 fonctionnement M€Les marges d’autonomie du département s’amenuisent sur ce volant de dépenses de fonctionnement. CA 2015 fonctionnement.jpg

Le niveau des intérêts est le seul sur lequel il est possible d’agir avec l’amorce d’un début de désendettement en 2015 : 11 M€ en 2015.

L’ encours de dette s’élève à 891 M€, c'est-à-dire le double du niveau moyen des départements de même strate (+ 1million d’habitants)  marie louise gourdon,budget département 06,ca 2015 cd 06 encours dette par hab CA2015.pdf

 

Tout est lié dans un budget, il ne faut pas s'étonner qu’avec un tel stock de dette à rembourser, 92.7 M€ d’annuité (intérêts et capital remboursés par an) les investissements soient devenus le parent pauvre de notre collectivité.

En tout 150 M€ ont été réalisés en 2015 sur les 210.6 M€ annoncés au Budget primitif 2015.

Les dépenses d’équipement brut réalisées par le département continuent de chuter. Elles s’élèvent à 45,3€ par habitant en 2015 pour une moyenne de 96 € dans les départements de même importance (comptes individuels des collectivités locales)

Motion sur le maintien de l'indépendance du centre A. Lacassagne :Motion Lacassagne 15 avril 2016.pdf votée à l'unanimité

29/02/2016

Pour un volet environnement et qualité de vie dans le cahier des charges des repreneurs des aéroports

avions.jpg

Marie-Louise GOURDON demande au Ministre Emmanuel MACRON que figure, dans le cahier des charges qui sera donné aux repreneurs potentiels, un volet environnement et qualité de vie des habitants qui vivent sous les larges zones de survol, notamment celle de l'aéroport de Cannes-Mandelieu.

E-Macron Aeroport courrier2.pdf

 

 

25/02/2016

les dossiers de la commission permanente

CP25-02-2016.jpg

Rapport 36 : RENFORCEMENT DES MESURES EN FAVEUR DE L'EMPLOI ET DU SUIVI DES BÉNÉFICIAIRES DU RSA

Le Département veut retirer le bénéfice du RSA à tout allocataire qui refuse 2 offres « raisonnables » d’emploi.

Cette mesure prévue par la loi s’applique à ceux qui sont « immédiatement disponibles » et à ce titre inscrits à Pôle Emploi.

Or, sur les 25 000 allocataires du RSA, 9 000  ne sont pas inscrits à Pôle Emploi car ils relèvent de mesures sociales. Leur inscription obligatoire dès le premier jour à Pôle emploi n'est pas sans conséquence. Les élus du groupe ont voté contre Inter JRV CP25-02-16Rapport 36.pdf 

 

Rapport 28 : CADAM - PARKING SUD - MISE EN PLACE DE PANNEAUX SOLAIRES PHOTOVOLTAÏQUES TYPE OMBRIÈRES

il n’est pas interdit de rappeler quelques constantes en matière de production d’électricité à l’aide de panneaux photovoltaïques. La technologie de la silice sur laquelle est basée ce mode de production n’est pas innocente du tout en matière d’environnement.

Les élus du Groupe se sont abstenus Inter JRV CP25-02 Rapport 28.pdf

 

 

Rapports 21 & 23:  ANTIBES - SECTEUR NORD - RD 35, RD 35G, RD 535, RD 535G ET LES CHEMINS COMMUNAUX DE SAINT CLAUDE ET DES TERRIERS - GROUPEMENT DE COMMANDES ET PROCÉDURES PRÉALABLES

et  Valbonne - réaménagement des RD 35, RD 103 et RD 635 – ZAC des Clausonnes - convention

L’impact en termes de risque d’inondation est important, surtout si l’on considère que cet ouvrage va venir s’insérer dans un environnement déjà fortement minéralisé par les grandes surfaces, leur agrandissement et leurs parkings, par d’autres travaux routiers en cours et proches et à côté de la ZAC des Clausonnes (rapport 23), par l’emprise autoroutière qui comprend une barrière de péage dont la conformité à la loi sur l’eau a suscité la polémique à l’époque de sa reconstruction.

Les élus du groupe demandent la réunion de la commission des routes. Les élus se sont abstenus  Inter JRV CP25-02 Rapport 21& 23.pdf

 

 Rapport 46 : ACTIONS AGRICOLES

Dans le cadre de l'initiative "06 table" prise le 15 décembre 2015 par le département, le rapport propose de lancer un pacte départemental qui permettrait à toutes les collectivités, ainsi qu'aux partenaires scolaires, scientifiques, agricoles ou agroalimentaires de participer à la démarche favorisant l'approvisionnement local .

La mise en place de la plateforme départementale d'approvisionnement local en partenariat avec la chambre d'agriculture en est la première étape.

Marie-Louise Gourdon avec la ville de Mouans Sartoux sont pilotes sur la restauration collective bio et locale. Elle a proposé lors de la commission que la production bio soit integrée à la convention. Cette proposition a été validée.

Rappelons que le 14 janvier dernier, l’Assemblée Nationale a adopté à l’unanimité une proposition de loi portée par la députée EELV Brigitte Allain, qui prévoit à l’horizon 2020 que 40 % des produits alimentaires proposés dans la restauration collective soient issus d’une agriculture durable et locale, dont   20 % au moins soient aussi biologiques. Sept millions de français qui prennent chaque jour un repas à la cantine sont concernés.  

 

30/01/2016

Pour une expérimentation "zéro déchets" sur l'Agglo du Pays de Grasse

NM 2015-01-27 PEDMA JRV (2).jpgLes objectifs pourtant limités du Plan départemental votés il y a 5 ans ne sont toujours pas atteints.

La loi prévoit pourtant le recyclage de 45 % des ordures ménagères résiduelles et de 75 % des emballages.

Jean-Raymond Vincigerra plaide pour une expérimentation "Zéro déchets" grandeur nature sur la Communauté d'Agglomération du Pays de Grasse

NM 2015-01-27 PEDMA JRV (2).jpg

22/01/2016

Transports - Les engagements du candidat ESTROSI

trains.jpgvelo.jpg

 estrosi,president de region paca,paca transports

 

 

 

TDIE a présenté le 20 octobre 2015 le questionnaire adressé aux candidats aux élections régionales pour contribuer au débat sur les enjeux des politiques régionales des transports.

 Aujourd'hui, ils sont Présidents de Régions :

paca-lr-droite-estrosi-rq-19.11.15.pdf

08/10/2015

Session extraordinaire du Département consacrée à la solidarité après les intempéries du 3 octobre

inondations.jpgLes orages et les pluies diluviennes qui se sont abattus sur le littoral des Alpes-Maritimes le 3 octobre ont tout emporté sur leur passage. On dénombre pour le moment 20 morts, des centaines de personnes sinistrées, des dégâts matériels considérables.

Face à l'ampleur et à la gravité du désastre, constatées par le Président de la République lors de visite de plus de 5h30 dimanche 4 octobre, le classement en état de catastrophe naturelle pour 14 communes est intervenu au Conseil des Ministres dès mercredi 7 et publié au Journal officiel  le 8 octobre. 

Aujourd'hui, après une minute de silence observée à la mémoire des personnes décédées, le Conseil départemental s'est réuni, en présence du Préfet des Alpes-Maritimes pour voter à l'unanimité de ses membres, des mesures de solidarité envers les particuliers, les entreprises et les collectivités rudement touchés. rapport CD 8 octobre 2015.pdf

Il a également remercié et rendu hommage aux maires mais aussi aux agents des services publics nationaux, départementaux et communaux mobilisés au service de la population.

Intervention de Marie-Louise Gourdon : interv MLG 8 octobre intemperies.pdf

Intervention de Jean-Raymond Vinciguerra inter JRV 8 octobre 2015 intemperies.pdf

 

ciotti,gourdon,vinciguerra,intempéries 3 octobre 2015NM 2015-10-09 CD-Inondations.jpg